ALKALINE : Anne-Sophie Paul foule les planches de The Irish

C’est sans doute l’événement de ce mois d’octobre chez The Irish: Anne-Sophie Paul y foulera les planches pour la première fois ce vendredi soir. Découverte il y a deux ans à l’issue d’un concours, elle a enchainé peu à peu les représentations laissant à chaque fois un public séduit et qui en redemande.

received_1741574709425910

Anne-Sophie Paul fait partie de cette brochette de chanteuses qui galvanise un public dès les premières phrases d’une chanson. La magie opère aussitôt par cette manière d’attaquer le morceau, ce dosage savant qui fait qu’elle place sa voix d’emblée dans le registre qui convient sans que l’on ne sente ce tâtonnement entre des interprètes et les musiciens de l’orchestre, qui marque malheureusement quelques débuts de spectacle.

Elle n’est plus la débutante d’il y a deux ans quand elle remportait ‘A Star is Born’, le concours marquant les 50 ans de carrière de Mario Armel. Ce qui lui a valu de se produire en Australie et aussi de faire la reprise d’Anita My Love, la chanson fétiche d’Armel. Diffusée à profusion sur les ondes de toutes les radios, la chanson a permis de faire connaître la chanteuse et surtout son timbre de voix peu habituel. C’est qu’elle a une voix qui a déjà bien maturé et qui n’est pas sans rappeler celle de Joëlle Husseiny à ses débuts.

On devrait s’attendre à un moment intense, avec des frissons garantis et la performance d’une artiste qui, loin de se contenter de son talent, n’a pas fini de travailler ses dispositions naturelles.

L’abondante diffusion radiophonique d’Anita My Love a, cependant, a bien failli figer la jeune chanteuse dans le registre du séga-jazz du début des années 80. Ce n’est certainement pas le sien. Férue de la Soul, on comprend qu’elle se plaise à reprendre Whitney Houston et Dionne Warwick. Elle va même jusqu’à taquiner Aretha Franklin avec, comme on le pourra constater dans le clip plus bas – ‘You make me feel like a natural woman’, le tube qui avait mis la larme à l’œil de Barack Obama lors d’un show privé.

 

Mais le tour de force d’Anne-Sophie Paul, c’est cette capacité à déjouer les tentatives de l’enfermer dans des clichés. Ainsi, elle interprète aussi des morceaux popularisés initialement par des interprètes masculins. On se souviendra que pour la finale du concours qui l’avait révélé, elle avait repris une chanson de Freddie Mercury et on sait aujourd’hui qu’elle affectionne également Joe Cocker et Bruno Mars. Par ailleurs, il faut bien le reconnaître, ses études lui donnent l’avantage de saisir les subtilités de certains textes et la restitution est alors empreinte d’une émotion non-feinte. Elle a aussi l’avantage de sa capacité à évoluer avec facilité dans la chanson française et elle peut, dans ce registre, aller sur la technicité de Lara Fabian ou d’Edith Piaf ou surprendre avec des textes pour interprètes masculins tels que Daniel Guichard.

Celle que l’on présentait encore il y a deux ans comme la jeune choriste de Notre-Dame-des-Anges a, de toute évidence, fait du chemin. Il y aura du spectacle ce vendredi soir chez The Irish. Surtout quand l’on sait que la jeune chanteuse – tout juste 24 ans – est très vite transportée dans ses interactions avec son public. Et celui de The Irish étant à la fois connaisseur et chaleureux, on devrait s’attendre à un moment intense, avec des frissons garantis et la performance d’une artiste qui, loin de se contenter de son talent, n’a pas fini de travailler ses dispositions naturelles.

A noter que le live show de ce vendredi se poursuivra avec l’orchestre Harmony, le groupe de Johnny Brigitte et Julien Kanasava qui accompagne habituellement Stéphanie Noël et son frère Pascal.

© Neologik Ltd. – 2016

Leave a Comment