ALKALINE: Des retrouvailles… en Sinbioz!

Mathieu Edouard, Eric Carter et Flashback font leur retour chez The Irish ce vendredi. Des génies vont sortir des lampes… pour vous donner des frissons, ou vous mettre le diable au corps !

flashback

Qui a dit que les âmes sensibles devaient s’abstenir ? Cette règle ne s’applique pas chez The Irish, puisque de toute évidence en programmant Mathieu Edouard, c’est faire la part belle aux âmes sensibles. Maxwell, Sting, Seal, Prince, Teddy Pendergrass, Terence Trent D’Arby… C’est le registre qu’affectionne ce chanteur. Son timbre de voix, allié à une extrême sensibilité, lui permet d’interpréter ces immenses talents avec cette capacité à faire rejaillir des strophes qui constituent l’ossature d’une chanson.

mathieu-edouard-2

Le répertoire de Mathieu Edouard va chercher aussi dans les voix légendaires de la Motown : Stevie Wonder, Marvin Gaye, Michael Jackson, Al Green… C’est ce qui a bercé son enfance et c’est ce qui marque son rapport avec la chanson : il y met tout son être pour rendre hommage à ceux qui ont écrit ces thèmes qui l’émeuvent.

eric-carter-2

Eric Carter a intégré le circuit hôtelier à un très jeune âge. C’est ce qui va favoriser des collaborations avec des artistes locaux, et c’est ainsi qu’il finit par croiser Elvis Simiette avec qui il sort un single intitulé « Friday Nite ». Le jeune homme obtient aussitôt l’attention du public et se fait remarquer par Laurent Wolf. Ce dernier, séduit par sa voix juvénile et haut perché, lui propose de collaborer sur un album. A partir de là, il sort des morceaux à succès : No Stress, Wash my World, Explosion et Kill the Beast. Il a eu aussi la chance de collaborer avec Axwell et Bob Sinclair pour son premier single « Unification ». Eric Carter a sorti d’autres singles : You make me feel, Promises to the Sun et Here we are. On imagine déjà les Réguliers de The Irish trépignant devant la scène…

flashback-2-1

 

Ca va certainement déménager avec le passage de Flashback qui, contrairement à ce que le nom pourrait évoquer, est un groupe très peu porté aux réminiscences. En fait, The Irish s’est inclus dans la tournée de promotion de leur tout récent album : Sinbioz. Le titre résume convenablement l’identité de ce groupe que beaucoup décrivent comme « déjanté ». Le vocable essaie peut-être d’exprimer la surprise de voir évoluer des personnalités que l’on n’imaginerait pas ensemble. Mais eux ont su trouver les complémentarités qui leur permettent cette expression qui leur est singulière.

Mélanie Pérès, la passionnée du Kréol qui chante avec aisance tout en secouant sa maravane, donne du répondant à Manraj Bicka dont on sent quelquefois les influences orientales de ses débuts de percussionnistes de tabla. Mais les deux ont la spontanéité en commun et leur complicité est bien encadrée par Deeran Moorghen, Wilford Wong, Hansley Vincent et Kersley Tuyau. Le groupe a su s’exprimer en puisant dans les réalités du quotidien avec suffisamment de distance pour que les rythmes créoles épousent des structures de funk et de jazz. Avec Flashback, il est bien question de symbiose.

© Neologik Ltd. – 2016

Leave a Comment