Avec Hyphen, c’est chaque fois la première fois!

Il y a un an, pour Halloween, Hyphen balançait son rock aux Réguliers de The Irish. Depuis, chez The Irish, Hyphen joue comme à domicile, devant son public d’inconditionnels. Le groupe sort l’artillerie lourde et fait de chaque représentation un véritable concert. Et le public le leur rend bien, réagissant au quart de tour, s’enflammant sur les tubes connus et se laissant aller sur les riffs des guitares servis par des salves de batterie. Les lutins du Rock vont encore sévir ce vendredi soir pour cette nouvelle édition d’Halloween.

Hyphen 1

Halloween 2016, Pat Hofman prend de l’altitude…

« We love playing at The Irish, we love The Irish crowd, so hot and wild » : la déclaration du groupe Hyphen est publique. Les sentiments entre les Réguliers et ceux que l’on désigne comme « les Papys du Rock » sont réciproques.

Bien difficile de résister à ce groupe de rock, avec son jeu conquérant et l’aisance scénique déconcertante de ses musiciens. En effet, quand Pat Hofman s’élance vers la foule pendant qu’il chante ‘Sweet Child o’ Mine’ ou que Pierre-Alain Amourdon reprend ‘Purple Rain’, la foule fond et se laisse prendre à deux heures de pure délire.

Très spontané et catalyseur de foule, Pat Hofman est le showman du groupe. Sa voix se place avec aisance dans les aigus, lui permettant de reprendre des tubes de Guns&Roses ou de AC/DC, comme par exemple, ‘You shook me all night long’. Il s’exécute avec une égale aisance avec le rock français et on trouve ainsi Téléphone et Johnny Halliday dans le répertoire.

Tout ne tourne pas autour de lui, heureusement. Ainsi, Jérôme Bungaleea, avec sa voix plus ample, fait des reprises avec des accents un peu plus lyriques, comme ‘Time is running out’ du groupe Muse. Pierre Alain Amourdon, assure une basse efficace et tout en rondeur et surprend avec le grain juvénile de sa voix. Ce trio de chanteurs est bien soutenu par deux guitaristes efficaces : Yannick et Avi.

Hyphen 2

Hyphen c’est une belle histoire d’amitié et de passion pour la musique. Pour ces amateurs de Rock, il s’agissait d’un projet unique au départ, mais ils n’avaient pas compté sur l’engouement qu’ils allaient susciter. Cette représentation de 2011 allait marquer le début d’une belle aventure pour ces musiciens dont le lien est bâti sur le Rock…

Hyphen fait du bon rock populaire. Avec des titres que tout le monde apprécie. Même la playlist du groupe est savamment dosé pour faire monter la pression et l’on passe d’une chanson à l’autre come s’il s’agissait d’une suite logique. Mais c’est là surtout qu’ils se mettent en danger car, quand les gens connaissent, ils sont certainement plus exigeants. Mais le groupe est excellent : leur son est propre, leur jeu énergique, les interprétations convaincantes. Pat Hofman, le chanteur principal, et Yannick, à la guitare solo, ont le tempérament qu’il faut pour le Rock. Jérôme Bungaleea, à la batterie, et Pierre-Alain Amourdon, à la basse, marquent bien le rythme saccadé et profond.

Le groupe a de la tenue : chacun sait ce qu’il a à faire, au point où ils se font des poses synchronisées sur scène. Hyphen n’est certainement pas dans la reprise à l’identique, ce n’est pas leur objectif. Les années 80 constituent la période la plus prolifique du Rock et le groupe pousse le challenge en s’attaquant aux monuments de ce genre musical. Ils se montrent surtout capables de reproduire l’énergie et les émotions qui ont apporté à ces chansons le succès phénoménal qui les rendent indémodables.

Soyons bien clairs ; avec Hyphen au programme d’une soirée Halloween, ce n’est pas le type de soirée où l’on fait venir les violons pendant que l’on plonge son regard dans le décolleté de sa copine. Un concert de Rock, ça ne passe pas de mode : ça déménage. Pour Hyphen, il faut que cela passe de la scène au public et que l’ambiance soit sans retenue.

Ça le refait ce vendredi soir. Encore une fois, mais comme nulle autre pareille…

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment