Fabien Cornelius, le porte-étendard de la fierté nationale

Au moment où tous les Mauriciens vibrent de leur fibre patriotique avec les fêtes de l’indépendance, The Irish propose de renouer avec Fabien Cornelius, celui qui les avait rendu fiers en apparaissant sur le plateau de The Voice France et en y faisant sa voie jusqu’aux Battles. Bientôt un an que les Réguliers n’avaient pas vu Fabien Cornelius : son dernier passage chez The Irish remonte au 22 avril dernier, lors d’une soirée d’anthologie qui allait donner le ton de ce que devait être une spectacle live chez The Irish. Le prodige est de retour pour une soirée où il entend bien, encore une fois, entrainer son public dans le doux délire de son talent exceptionnel.

IMG_1987

Premier Mauricien à participer au concours The Voice France, Fabien Cornelius jouit d’une réputation méritée et qui lui colle désormais à la peau. Sélectionné à l’aveugle en février 2015, il avait intégré l’équipe de Jennifer et avait fait son chemin jusqu’aux Battles. Il avait transporté les Mauriciens aux anges dans le duo le confrontant à son challenger Côme sur la chanson ‘Message In A Bottle’ du groupe Police. Selon l’expression consacrée, il « brisait le plafond de verre » et d’autres Mauriciens après lui allaient se retrouver dans cette expérience mythique.

Le jeune homme avait alors 17 ans et devait encore terminer ses études secondaires. Mais, il s’organisait pour mener ses activités artistiques en parallèle. On se souvient de ses prestations fort appréciées au Caudan Waterfront, ainsi que de ses apparitions aux soirées d’Akoustik Corner de Mouv Prod, acclamées par de nombreux noctambules.

Fabien Cornelius a une pêche d’enfer. Il n’est pas sur scène pour faire semblant. C’est un artiste honnête qui se donne à fond et son public le lui rend bien. Il évolue avec une aisance déconcertante sur plusieurs registres et il passe ainsi du rock à la soul, avec des incursions dans des styles plus roots comme le blues et le reggae. Il est clair que c’est un artiste qui a retenu les précieux conseils d’un coach professionnel lors de son expérience dans l’Hexagone.

Fabien Cornelius se produit ce vendredi avec le groupe Day’sOrder, un groupe dont on apprécie l’approche décomplexée en ce qui concerne les reprises. Christophe Joseph, le batteur, surnommé « E.T » par ses fans, allie par exemple le son de son cajun à celui d’une batterie électronique pour procurer à la fois cette rythmique très carrée des studios et le son plus humain des percussions. Jean-Jacques Valéry, qui ne passe pas inaperçu avec sa chevelure abondante et ses lunettes de gars génial prouve qu’il l’est effectivement avec une basse dans les bras. Vincent Nombro, avec sa passion du jazz, enrichit les improvisations du groupe au clavier.

Avec ce petit monde sur scène, c’est la promesse renouvelée d’une soirée sympathique. En attendant, si nous revivions ce moment exceptionnel où, avouons-le sans fierté exagérée, notre compatriote avait fait preuve d’une interprétation de loin supérieure à celle de son challenger!

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment