Foodstagrammers, shootez « en dehors du boite »!

 

Jusqu’à fin mars, The Irish fait la part belle aux « Foodstagrammers », cette catégorie particulière d’abonnés Instagram qui postent des photos de plats sur cette plateforme. Chaque semaine, la photo qui aura été sélectionnée en raison de sa qualité permettra à son auteur de remporter un plat pour deux personnes. Alors, à vos marques avec le hashtag #TheIrishMru , commandez et shootez !

Instagram - Irish

Tout le monde se prétend créatif ; c’est l’injonction du moment : il faut faire preuve de créativité. L’usage répandu du smartphone a favorisé la démocratisation de la photographie et certaines applications permettent même d’apporter le supplément d’effets qui permettent à certains de passer pour de bien meilleurs photographes qu’ils ne le seraient jamais. Cette démocratisation a, à son tour, favorisé l’émergence de plateformes spécialisées au niveau des réseaux sociaux qui, comme Instagram et Snapchat, sont dédiées essentiellement à des clichés qui évoquent des histoires, celles des plats ou celles de leurs auteurs qui ont fait une expérience gustative à partager.

Mais partager quoi ? A qui ? Comment ? The Irish offre aux adeptes d’Instagram de sortir d’une conception illusoire du virtuel pour l’ancrer dans la réalité de l’unique pub gastronomique mauricien. Il s’agit de sortir du lot ; ce qui n’est pas une mince affaire sur une plateforme qui compte 400 millions d’usagers au quotidien et qui enregistre une croissance de 16% par mois. Aussi, pour que le prix offert ne soit pas qu’une illusion, The Irish ne se basera pas sur les ‘Likes’, car il suffit que certains fassent parler leur réseau plutôt que leur talent et ce serait faire injure à ceux qui ont le coup d’œil, qui cherchent le bon cadrage et savent mieux que d’autres juger des éclairages.

La démarche est éminemment culturelle. Du coup, elle oblige la clientèle à penser, comme dirait l’autre, « en dehors du boite » ! Il y a ceux qui resteront focalisés sur le plat lui-même qu’ils vont prendre sous divers angles. D’autres vont penser à l’arrière-plan, à la manière dont celui-ci renseigne sur le lieu et apporte une touche de poésie à la photo. D’autres trouveront des histoires à raconter. Par exemple en se mettant en scène de manière plus ou moins subtile. Un aspect de leur corps par exemple qui se fond subtilement dans le cadre. Une main ou un doigt tatoué par exemple ; du tatouage imposant à celui plus subtil comme ceux d’East Iz qui façonne des tatouages d’une finesse surprenante, ce qui lui permet de tatouer sur les parties les plus discrètes du corps humain, comme l’intérieur des doigts.

C’est dans ce type de démarches que la photo Instagram devient une histoire et accroche par sa manière de la raconter. Mais attention, de la subtilité à la provocation, il importe à chacun de faire preuve de discernement et ne pas mettre les pieds dans le plat. Un selfie de son plat avec un décolleté plongeant est une espièglerie de la part d’une participante qui veut faire parler ses atouts pour un repas pour deux ; c’est, par contre, un délit si monsieur envoie une telle photo à l’insu et sans le consentement de sa copine. Pas de souci pour ceux qui voudraient pousser le bouchon plus loin et afficher carrément un sein nu : Instagram assume sa politique conservatrice à l’égard des femmes dans ce domaine et enlève ce sein que l’on ne saurait voir ! Il n’y a qu’un groupe qui est parvenu à braver l’interdit : @genderless_nipples, qui poste des photos de tétons en gros plan, afin que l’on ne puisse pas deviner le sexe de la personne à qui ils appartiennent !

Sinon, pour ceux qui sont totalement en panne d’inspiration et qui voudraient néanmoins débarquer chez The Irish avec la smartphone prête-à-tirer (ou si vous venez avec le « ni con, ni canon » et le zoom à photographier la pizza lunaire), il y a des sites qui peuvent être très instructifs. Celui de Jennifer Pallian, auteure du blog Foodess, par exemple, nous montre l’approche d’une vraie photographe qui fait des clichés gourmands. Elle joue sur le caractère sain des aliments et agence leurs couleurs comme pour de vrais tableaux. On trouve aussi des sites spécialisés sur les burgers, Paris Burger par exemple. Vous pouvez aussi suivre des professionnels de la cuisine comme Eric Frechon, Jaimie Oliver, Guy Savoy ou Pierre Gagnaire qui, on est bien d’accord avec le magazine GQ, présentent les plus belles photos de plats sur Instagram.

Mais attention : la technicité n’est pas tout. C’est l’émotion qui compte. Instagram, l’instantané qui vous drive nuts !

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment