Hyphen, des liens bâtis sur le Rock

Hyphen, le retour ! C’est un peu comme ces films dont on peut faire des suites qui surprennent et émerveillent toujours. Le bon Rock, c’est pareil ; on ne s’en lasse pas et ça ne passe pas de mode. En outre, chez The Irish, Hyphen joue comme à domicile, devant son public d’inconditionnels. Ça le refait ce vendredi soir, encore une fois, mais comme nulle autre pareille… Car, avec Hyphen, c’est chaque fois la première fois!

18076663_1811120355874147_1408869121311072515_o

Hyphen c’est une belle histoire d’amitié et de passion pour la musique. Pour ces amateurs de Rock, il s’agissait d’un projet unique au départ, mais ils n’avaient pas compté sur l’engouement qu’ils allaient susciter. Cette représentation de 2011 allait marquer le début d’une belle aventure pour ces musiciens dont le lien est bâti sur le Rock…

Il y a initialement un trio provenant de l’aérien : Patrick Hofman, le commandant de bord, au chant et à la guitare acoustique, et les PNC Pierre-Alain Amourdon et Jérôme Bunghaleea respectivement à la basse/chant et à la batterie/chant. Ils sont soutenus par deux guitaristes efficaces : Yannick et Avi.

Très spontané et catalyseur de foule, Pat Hofman est le showman du groupe. Avec sa voix qui se place avec aisance dans les aigus, il reprend à loisir des tubes de Guns&Roses, par exemple, ‘You shook me all night long’. Il s’exécute avec une égale aisance avec le rock français et on trouve ainsi Téléphone et Johnny Halliday dans le répertoire. Tout ne tourne pas autour de lui, toutefois. Ainsi, Jérôme Bungaleea, avec sa voix plus ample, fait des reprises avec des accents un peu plus lyriques, comme ‘Time is running out’ du groupe Muse. Pierre Alain Amourdon, qui avec son physique de black charmeur produit un effet certain sur la gente féminine, assure une basse efficace et tout en rondeur et surprend avec le grain juvénile de sa voix. A chaque représentation d’Hyphen, son interprétation de Purple Rain de Prince est généralement très attendue. Cerise sur le gateau : le trio de chanteurs fait montre d’une exceptionnelle qualité de synchronisation vocale lors de l’interprétation de ‘Bohemian Rhapsody’.

Hyphen fait du bon rock populaire. Avec des morceaux que tout le monde apprécie. Mais autant dire qu’ils se mettent aussi en danger car, quand les gens connaissent, ils sont certainement plus exigeants. Mais, Pat Hofman, le chanteur principal, et Yannick, à la guitare solo, ont le tempérament qu’il faut pour le Rock. Jérôme Bungaleea à la batterie et Pierre-Alain Amourdon à la basse marquent bien le rythme saccadé et profond. Les guitaristes assurent et transportent leur public dans des improvisations savantes et délirantes. Le groupe est excellent : leur son est propre, leur jeu énergique, les interprétations convaincantes.

The Irish, les membres d’Hyphen l’ont découvert à l’occasion de Halloween. Et depuis, ils sont devenus un « regular feature » de la maison. Pour ceux qui n’ont jamais vu évoluer ce groupe, autant annoncer la couleur : Hyphen ne fait pas dans la demie mesure. Ils sont même dans la démesure, puisqu’ils sortent l’artillerie lourde et font de chaque représentation un véritable concert. Et un concert de Rock, ça déménage. Heureusement que le mobilier de The Irish est conçu dans du solide.

© Neologik Ltd. – 2017

 

Leave a Comment