Hyphen: du rock en stock

Le programme est on ne peut plus clair : « Be ready for a tornado of classic rock n roll on fire! », peut-on lire sur la page Facebook de Hyphen qui revient chez The Irish ce vendredi. Aucune fausse modestie ou des ronds de jambes d’un autre temps ; ils reviennent à la demande populaire « for a hell of a show ! » Preuve, comme s’il en fallait, que la direction du pub est à l’écoute de ses Réguliers.

18076663_1811120355874147_1408869121311072515_o

Il y a un an The Irish abordait sa première Fête de la Musique. Conscient d’avoir fait le pari que The Irish serait le lieu de référence des spectacles dans les Plaines Wilhems, Javed Vayid, le general manager, avait aligné une pléiade d’artistes qui avait été plebiscités lors de leur passage. On trouvait ainsi : Fink Factor, Temptation, Laurent-Pierre Lecordier… Cette année, malgré la riche diversité des prestations, il y a un groupe en particulier qui a tenu le haut du pavé : Hyphen !

Le groupe jouait essentiellement dans l’ouest avec son carré de fidèles… jusqu’à ce que The Irish leur ouvre les portes. Et dès qu’ils s’y sont engouffrés en tornade, ils ont tout soufflé sur leur passage ! Cette première soirée était déjà très particulière ; c’était la fête de Halloween, fête mythique pour les Réguliers dans un cadre qui avait été soigné pour l’occasion : une foule de joyeux drilles déambulant entre squelettes et araignées pour se faire servir des breuvages spécialement conçus par une bande de balafrés et de zombis. Pas étonnant que Hyphen fasse aisément le trait d’union avec une bande comme celle-là !

hyphen-1

Hyphen fait du bon rock populaire. Avec des titres que tout le monde apprécie. Mais c’est aussi là qu’ils se mettent en danger car, quand les gens connaissent, ils sont certainement plus exigeants. Mais le groupe est excellent : leur son est propre, leur jeu énergique, les interprétations convaincantes. Pat Hofman, le chanteur principal, et Yannick, à la guitare solo, ont le tempérament qu’il faut pour le Rock. Jérôme Bungaleea à la batterie et Pierre-Alain Amourdon à la basse marquent bien le rythme saccadé et profond.

18077192_1811124725873710_7969795586370083908_oC’est un groupe qui a de la tenue, chacun sait ce qu’il a à faire, à un point tel qu’ils se font des poses synchronisées sur scène et ça a le mérite d’affoler les filles qui, n’y tenant plus, s’abandonnent sur des airs de Guns&Roses ou de Prince. En effet, quand Pat Hofman s’élance vers la foule pendant qu’il chante ‘You shook ne all night long’ ou ‘Sweet Child o’ Mine’ ou que Pierre-Alain Amourdon reprend ‘Purple Rain’, s’il en reste, le dernier carré de résistants saute.

Mais de résistance justement, il n’y en a pas chez les Réguliers de The Irish. Et le groupe le reconnaît publiquement :« We love playing at The Irish, we love The Irish crowd, so hot and wild ». Tout est dit. Let the music play.

© Neologik Ltd. – 2017 

 

Leave a Comment