Hyphen: le trait d’union… après une parenthèse !

Ceux qui n’étaient pas chez The Irish pour Halloween et qui avaient raté le concert de Hyphen auront l’occasion de se rattraper ce vendredi. Le groupe de rock revient, en effet, avec son jeu conquérant et cette aisance scénique déconcertante ; deux caractéristiques qui font que les plus jeunes qui les désignent comme « les papys du rock » bavent d’envie de pouvoir en faire autant.

Hyphen 1

« Don’t rock the boat », disent ceux qui n’aiment pas faire des vagues. Et le symbole de The Irish a beau être un bateau qui avance à la force de ses rameurs, Hyphen n’en a cure et l’a bien démontré lors de leur premier passage. Ce groupe ne conçoit que le concert : pour eux, il faut que cela passe de la scène au public et que l’ambiance soit sans retenue. Soyons bien clairs ; avec Hyphen au programme, ce n’est pas le type de soirée où, entre deux applaudissements, l’on plonge sagement son bec dans le boc.

Le groupe a un large répertoire mais fait la part belle à quelques titres célèbres des années 80. C’est sans doute pour cela que les plus jeunes sont portés à considérer qu’ils ont affaire à des ainés et qu’ils sont estomaqués lors de la prestation du groupe. Mais, il faut apprendre à voir au-delà de l’aisance apparente pour réaliser tout le travail qu’’il y a derrière. Les musiciens eux ne s’y trompent pas : même la playlist du groupe est savamment dosé pour faire monter la pression et l’on passe d’une chanson à l’autre come s’il s’agissait d’une suite logique.

Hyphen 2

Sans tout décortiquer pour ne pas gâcher la surprise, il suffit de considérer deux titres repris immanquablement par Hyphen : Sweet Child o’ Mine de Guns n Roses et Purple Rain de Prince. A priori, la chanson de Guns n Roses est une des plus connues du groupe ; elle provient de l’album ‘Apetite for Destruction’ (1987) qui s’est vendu à environ 30 millions de copies (parmi les plus grosses ventes mondiales). Ce qui fait que le son est dans la tête de presque tous ceux qui aiment le rock. Et c’est ce qui rend la reprise risquée. Idem pour Purple Rain, qui provient de l’album éponyme, le sixième que Prince a produit, mais le tout premier avec son groupe ‘The Revolution’. Cette chanson est initialement enregistrée lors d’un live show à Minneapolis le 3 août 1983. Il y a le dubbing ensuite en studio, avec plusieurs couches de guitares et de synthétiseurs avant que Warner Bros ne procède au lancement le 25 juin 1984. Purple Rain est régulièrement classé parmi les meilleurs albums de tous les temps. En 1993, Time magazine le classait 15e meilleur album de tous les temps ; en 2007 les rédacteurs de Vanity Fair estimaient qu’il s’agissait de la meilleure bande sonore de film jamais produite et le magazine Tempo décrétait qu’il s’agissait du meilleur album des années 80.

De ce qui précède, on réalise plus facilement que les années 80 constituent la période la plus prolifique du Rock. Et Hyphen pousse le challenge en s’attaquant aux monuments de ce genre musical. Ils ne sont certainement pas dans la reprise à l’identique, ce n’est pas leur objectif. Ils se montrent surtout capables de reproduire l’énergie et les émotions qui ont apporté à ces chansons le succès phénoménal qui les rendent indémodables.

« Le plus solide et le plus durable trait d’union entre les êtres, c’est la barrière », écrivait Pierre Reverdy. Par contre, Hyphen, (qui signifie trait d’union), fait tomber la barrière des âges avec son rock grinçant et provocateur. C’est sans doute ce qui explique son retour après cette courte parenthèse de trois mois.

Hyphrn 4

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment