La Fête du Pain : Buffalo Bill et Sloppy Joe fêtent leur premier anniversaire. 

Les Réguliers de The Irish n’ont pas idée à quel point les responsables de leur pub sont attentifs à leurs attentes. En ce week-end qui marque la fin de la Fête du Pain, The Irish célèbre le premier anniversaire de deux de ses burgers : le ‘Buffalo Bill’ et le ‘Sloppy Joe’. Ils avaient été introduits à cette même date l’année dernière dans le cadre d’une édition limitée qui devait durer le temps d’une découverte. Mais ces deux burgers ont été plébiscités au point où ils caracolent aujourd’hui en tête de la liste des burgers. 

Buffalo Bill

Il s’agissait de vaincre les idées reçues qui font du burger une référence de fast food à faible valeur nutritive. Et Ronan Boucher, le chef de The Irish, estimait qu’il pouvait en faire une expérience gustative. Pari réussi! Les Réguliers de The Irish ont marqué leur préférence pour le ‘Buffalo Bill’ et le ‘Sloppy Joe’ qui ainsi sont devenus des références de la maison.

Le ‘Buffalo Bill’ est un burger fait avec des parties nobles du buffle. On l’avait initialement appelé ‘Buffalo Fillet Burger’ et il se présente comme un burger plus maigre comparé à celui plus traditionnel à la viande de bœuf. La viande pressée et cuite est ensuite surmontée et une sauce et elle est servie avec une garniture d’oignons caramélisés et d’une sauce champignon au poivre vert, riche et poivrée. Un bel hommage à une chair tendre et savoureuse.

Le ‘Sloppy Joe’, pour sa part, est le burger préféré du chef ; il est prélevé d’un gigot d’agneau qui est braisé à feu doux… pendant plus de quatre heures ! La viande devenue tendre est ensuite émiettée et mélangée avec des sauces spécialement conçues par Chef Ronan lui-même. A ce niveau, on s’abstient de comparer le composite industriel que l’on peut trouver dans des bacs réfrigérés et que l’on présente comme Burger!

16179437_1241194012633318_7574323849956341333_o

Mais d’où vient le burger en fait ? Le hamburger a pour origine le steak de Hambourg, spécialité culinaire notamment servie dans du pain brioché comme plat roboratif des ouvriers dans les cantines allemandes. Sur le même modèle nous retrouvons dans la gastronomie allemande: les Berliner (beignet), les Frankfurter (hot dog), dont les noms renvoient également à leur ville d’origine. Bref, ce steak de bœuf haché était le principal plat servi à bord des bateaux de la H.A.P.A.G., la ligne maritime qui relie Hambourg à New York, qui transportaient les migrants jusqu’en Amérique.

Mais, aux Etats-Unis, les Américains se disputent la paternité de l’assemblage des steaks haché entre deux tranches de pain. Ce que l’on sait, en vérifiant auprès de plusieurs sources, c’est que ces steaks hachés étaient à l’époque accompagnés d’oignons, de chapelure et de sel afin d’en assurer la conservation tout au long de la traversée. Une fois arrivé dans le port New-Yorkais, certains ont commencé à installer des stands pour vendre ces steaks “cuits dans le style d’Hambourg”.

En 1885, le jeune Charlie Nagreen, un adolescent de Seymour (Wisconsin), tenait un petit stand où il vendait de la viande de bœuf sur la foire d’Outagamie. Comme les affaires n’étaient pas florissantes, le jeune homme considérait que les boulettes ne sont pas pratiques à manger pour ceux qui veulent flâner sur le marché forain. C’est ainsi qu’il eut le génie d’aplatir les boulettes, de les placer entre deux tranches de pain et d’appeler sa création un “hamburger”. “Hamburger Charlie” continua à vendre des hamburgers à la foire tous les ans, jusqu’à sa mort en 1951.

Les récits américains nous montrent aussi qu’un 4 juillet 1891, Oscar Weber Bilby, un fermier de Tulsa (Oklahoma), aurait également eu l’idée de cuire des steaks hachés sur une grille fabriquée par ses soins puis de les servir sur des petits pains confectionnés par sa femme Fanny.

En 1900, Louis Lassen, dans son restaurant de New Haven (Connecticut), servait de la viande de boeuf entre deux pains grillés à ses clients pressés. A la même époque, Bert W. Gary servait son hamburger sur un petit pain, dans sa boutique de Clarinda (Iowa). En 1904, un reporter du New York Tribune présente le hamburger comme l’innovation d’un vendeur de la foire de Saint Louis. Les Texans pensent qu’il s’agit de Fletch Davis (1864-1941), également appelé “Old Dave”, qui aurait proposé des steaks entre deux tranches de pain grillé, avec de l’oignon, dans son restaurant d’Athens (Texas) avant de se rendre à la foire pour y vendre ses hamburgers.

Ici, à Maurice, Chef Ronan est enchanté d’avoir pu ainsi offrir une nouvelle expérience des burgers. « Nous pressons nous-mêmes nos burgers, nous faisons nos propres sauces qui vont avec nos garnitures. Un Burger chez nous est unique et authentique », affirme Ronan Boucher. La particularité de la maison est la volonté d’en faire une attraction pour les gourmets.

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment