Mr. Love : Odes au chagrin amoureux

Pour ceux et celles qui ont besoin que l’on chante pour eux les affres de l’amour et les sentiments d’abandon… Non, mais, sans blague ; ils sont légion et il faut bien un temps pour tout le monde. Ainsi, ce vendredi soir, The Irish reçoit Mr. Love et les Gentlemen. Nouvelle incursion dans le folklore populaire local et spécial dédicace pour… les blessés et autres éclopés du sentiment amoureux !

Mr Love and The Gentlemen

A chacun son registre musical. Ludovic Lamarque a trouvé le sien. Tout comme Julio Iglesias en son temps, il a décidé de recycler toutes les peines du déboire amoureux et d’en faire des mélodies. Et comme tout le monde est passé à la moulinette, ses chansons parlent au plus grand nombre et il dispose ainsi d’un public fait autant de convaincus que de cons vaincus. Il s’agit de bien prendre les choses et chanter sa misère aide peut-être à mieux tourner la page. Mais le livre de Mr. Love a l’air d’être bien épais : son répertoire avoisine la trentaine de titres !

La formule de Ludovic Lamarque ne s’est pas imposée d’emblée. Cela lui a pris deux décennies pour la mettre en place et aujourd’hui la machine tourne come une voiture bien rodée. Il avait commencé avec une formation connue comme ‘System R’ et avait fini par sortir son album « Soldat de l’Amour » qui l’avait propulsé parmi les meilleures ventes de 2012. A partir de là, il a enchainé les succès populaires et, comme nombre de chanteurs Mauriciens à succès, il a pris le circuit des tournées auprès de la diaspora aux quatre coins du globe : Italie, Suisse, France, Angleterre, Australie, etc. Rodrigues n’est pas oubliée.

Aujourd’hui, Ludovic Lamarque a une formation qui tourne bien. Il opère avec deux musiciens aux claviers, ce qui donne une plage harmonique très large. Certains de ses musiciens sont jeunes mais déjà redoutables : Mathieu Carosin à la batterie et Ashley Speville à la basse ne se retrouvent jamais sur scène pour faire de la figuration. Il y aura du bon son en perspective.

Mr. Love s’essaye à plusieurs genres passant du RnB à la Soul, il plonge dans le Reggae et émerge avec la Dancehall. Un peu de slow slow, rien de tel pour réchauffer un couple qui prend froid. Et au fur et à mesure que l’ambiance prend, il enflamme son public jusqu’à les endiabler et les pousser au ‘Tous Sali’…

Mr Love

Ca fait 18 ans qu’il est sur la place. Certains auraient pu croire que la formule serait éphémère ; mais non, elle est faite pour durer. Parce que Mr. Love sait alterner les déboires et les espoirs. C’est comme on se plait à dire sur les réseaux sociaux : le tout n’est pas de tomber, mais de se relever ! Et, comme le chantait Françis Cabrel: Et ça recommence, encore et encore ; c’est que le début d’accord, d’accord… ».

Ainsi, tant que les hommes et les femmes naitront avec des cœurs et que leurs raisons chancelantes les balancent d’une attraction à une autre, il y aura de quoi chanter les espoirs qui naissent des belles douleurs de la cocufication !

Ad libitum… C’est l’expression qui indique aux musiciens qu’ils peuvent reprendre un passage à volonté.

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment