Noël au mois d’août avec Stéphanie

Le hasard fait bien les choses, dit-on; l’année dernière, pour le premier vendredi du mois d’août, c’était Stéphanie Noël qui animait le live show. Rebelote cette année, nous allons retrouver la chanteuse pour le live show de ce vendredi. Non, non, on n’a pas fait exprès… Quoique, après tout, il a bien fallu qu’on lui en fasse la demande ! Allez, on ne va pas chipoter ; cette fille, quand elle est là, c’est la garantie d’une soirée chaleureuse.

Stephanie Noel 2

Stéphanie Noël est de ces artistes qui comptent le plus de passages sur la scène de The Irish. Elle peut dire qu’il s’agit de son public ; celui pour lequel elle se livre en toute générosité et dont elle sait qu’il le lui rend bien.

Elle fait bien partie des touts premiers qui, lors de cette fameuse soirée des « Sans Valentins », avaient donné le ton de ce que devait être l’ambiance chez The Irish. Avec Laurent-Pierre Lecordier, elle avait sorti des reprises avec des accents d’authenticité, privilégiant l’accoustique qui donne aux soirées ce caractère intimiste qui invite les uns et les autres à chanter en chœur. On serait tenté de tout éteindre, faire un grand feu, chanter en regardant le ciel et faire des vœux à chaque fois qu’une étoile filante faisait un trait dans le décor céleste…

Stéphanie Noël convie aux joies adolescentes. Sa voix chaude apporte des résonnances nouvelles qui dessinent des contours nouveaux aux tubes parfois trop froids avec les effets des synthétiseurs et trop rigides dans la décomposition des boites à rythmes. En privilégiant l’acoustique, elle humanise ce répertoire contemporain qu’elle emprunte des meilleurs : Roard, I kissed a Girl de Katy Perry, ou ‘Rolling in the Deep’ d’Adele. Elle a un groove bien spécial, notamment quand elle reprend ‘Price Tag’ de Jessie J, ou encore ‘Jailer’ d’Asa. Elle a ce punch que Ti-Tat, son percussionniste, parvient à bien relayer. Quand elle entonne ‘Black Horse & A Cherry Tree’, les Réguliers de The Irish ne sont pas seulement debout, mais trépignent et se déhanchent.

Cette fille a cette sorte de présence où elle n’a pas besoin de trop en faire pour obtenir l’adhésion de son public. Il y a chez elle comme une aptitude à transmettre le ton juste pour une soirée sympathique où les spectateurs viennent spontanément vers la scène pour reprendre avec elle des refrains connus.

C’est dans ces moments-là que The Irish se fond dans sa vraie vocation de pub irlandais ; un lieu où l’on privilégie le sens du divertissement et l’ambiance de grande camaraderie. Et cette femme de grande taille, toute en confiance et dans sa simplicité désarmante, vous emporte sur des airs à la fois familiers et en même temps si nouveaux dans la manière dont elle les interprète.

On vous voit vendredi?

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment