Pour un 14 juillet : du pub à la ginguette !

Bien sûr que l’on fêtera le 14 juillet chez The Irish! Et puisque c’est un vendredi, c’est le groupe Sunbeat qui assurera le spectacle qui fera la part belle à la chanson française : deux heures et demi de live pour faire le lien entre ces affinités culturelles entre l’Irlande et la France. Aussi, ce vendredi, vous pouvez venir chez The Irish avec l’accoutrement que vous estimez Français : bienvenus pulls marins, bérets basques et bas résilles !

2017-07-11-PHOTO-00000006

Le groupe Sunbeat pour plus de deux heures de chansons françaises ce vendredi.

Quel rapport entre la Révolution Française et l’Irlande ? Il y en a quelques-uns. Par exemple, ces premiers républicains irlandais, des presbytériens qui venaient de la province d’Ulster, soutenaient la France libérale, et avaient obtenu son soutien pour une révolution, en 1798. Pas de chance, ce fut un échec ! Quand le leader, Wolfe Tone, fut arrêté, il prétendit servir dans l’armée française… Au XIXe siècle, lors des famines, les émigrants irlandais en Amérique et en Australie parlaient français et s’étaient alliés aux autres francophones d’Amérique, ceux qu’on appelle les Québécois… Bref, come on peut s’en rendre compte, certaines circonstances auraient pu faire que l’Irlande soit une république bien plus proche de la France qu’elle ne l’est. L’histoire, cependant, n’est jamais achevée et elle nous a toujours valu quelques surprises. C’est ce qui fait qu’en Français on peut se permettre quelques savoureux jeux de mots, comme : « Mais, il y a toujours une May… »

Tout va très bien Madame la Marquise, tenons-nous en là sur les sujets qui fâchent ; voyons plutôt la grande similitude entre le pub irlandais et la guinguette. Déjà, le terme « guinguette » nous renvoie à la gigue, une danse rapide dans la France ancienne et dont on estime que les origines sont irlandaises. C’est, en effet, le fameux Gig Dance irlandais dont on assure encore la transmission en Normandie notamment, plus particulièrement à Sotteville-lès-Rouen.

C’est la gigue qui a fait surgir le mot « guinguette » qui désignait ces premiers cabarets populaires en banlieue parisienne, c’est le restaurant et le lieu de bal, l’établissement où l’on pouvait consommer et danser. « Je suis allé au bal Perron, à la Barrière du Trône. Sept sous d’entrée, et on a droit gratis à vingt-cinq centimes de consommation; c’est une guinguette. Le joli mot que celui de guinguette, et comme il sonne bien à l’oreille » : évidemment, l’évocation aurait pu être celle d’un pub irlandais !

Peut-être, est-ce ainsi que l’on peut réaliser la part d’authenticité de The Irish qui reproduit à Maurice cette capacité du pub irlandais à accueillir et abriter le brassage culturel. Ce vendredi, Orelie Pottier, Anne Joa, Fabien Grenouille et David Dupuy vont sortir de leur répertoire le meilleur de ce qu’ils proposent habituellement à l’hôtel Sugar Beach où il faut de temps en temps, et assez régulièrement, satisfaire un public francophone.

ginguette

Les fers de lance du groupe Sunbeat ont quelques qualités remarquables. Orelie Pottier, la trentaine, exerce dans le circuit hôtelier depuis treize ans déjà ; à 22 ans, Anne Joa en a consacré déjà quatre à la chanson en tant que professionnelle ; Fabien Grenouille est aussi un vieil habitué du circuit hôtelier. A eux trois, le répertoire peut passer du doucereux au reggae et au rock français. Mais Sunbeat a un atout-maître : la voix exceptionnelle de David Dupuy qui couvre quatre octaves ! Alors, bien sûr, quand il entonne la chanson « SOS d’un terrien en détresse », faut-il s’étonner qu’il séduise pour la soirée ?

Alors, prêts pour la French Touch ? Il s’agit de célébrer la Révolution… Pas de quoi se prendre la tête, en fait ; les hommes peuvent se faire lisser les moustaches et les femmes songer au maquillage outrancier. Car, c’est vrai, chez The Irish, on trouve toujours une bonne raison pour faire la fête !

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment