Quand un laborantin veut voir du monde… ça donne un barman!

Avec David Boodhoo, surnommé The Legend, on ne boit pas pour oublier ; pour lui, l’alcool serait même plutôt une question de mémoire : « Quand je propose un verre, je me dis que je suis en train de sceller un moment ». Une approche qui cadre bien avec l’esprit de The Irish où boire, c’est toute une histoire…

David Boodhoo, The Legend

David Boodhoo, The Legend

« Nous sommes réputés pour être des créateurs de sensations », explique David Boodhoo. Le patron du bar de The Irish ne considère pas qu’il a fait son métier si un client voit seulement un morceau de citron dans un verre de gin : « Quand je recommande un Negroni à un client, je lui sers aussi l’histoire de cette boisson. Je vais l’emmener à Florence dans les années 20 ! Et je veux qu’il ressente la sensation que pouvait éprouver quelqu’un de l’aristocratie italienne de cette époque ».

Avec une telle approche, n’aurait-il pas mieux valu qu’il poursuive sa carrière dans le circuit des hôtels cinq-étoiles-plus ? David Boodhoo ne sourcille pas face à la question provocante et la réponse fuse spontanément : « Avec Javed Vayid, j’ai pu créer un bar où l’on n’a rien à envier à un bar d’hôtel réputé. The Irish reçoit une clientèle de connaisseurs et de ceux qui apprécient certains raffinements et sont disposés à y mettre le prix. Nous avons dans ce bar des alcools de qualité exceptionnelle et qui me permettent de formuler des créations dont je suis fier ».

A 29 ans, David Boodhoo a de quoi se réjouir : le voilà tout jeune président de l’Association of Bartenders qui tient sa grande compétition de la Diageo World Class ce mercredi au Westin. On a beau être président, mais il s’agit d’un concours où on ne fait pas acte de candidature ; ce sont les Brand Ambassadors qui procèdent à la sélection. Et il en est. Encore une fois. Car, il n’est pas un jeune premier ; et il y a une vingtaine de ses confrères et consoeurs bien déterminés à se mesurer à lui.

La mise à l’épreuve

A l’école, David aimait bien la chimie et ce n’est pas étonnant qu’après ces bons résultats en cette matière qu’il se retrouve dans un poste de laborantin. Mais c’était bien loin de suffire à ce jeune homme avide de contact humain. N’en pouvant plus de voir son fils se désoler de cette vie de reclus, son père, un bar manager du secteur hôtelier, l’oriente vers son réseau de relations parmi les responsables du F&B. Ces derniers n’ont pas leur pareil pour tester les vocations : engagé comme Bar Helper, David passe trois jours à laver des verres !

Les traits sont là ; reste maintenant la formation, qu’il entame à l’école hôtelière. Où il se fait repérer par le F&B de l’hôtel Le Paradis, qui a tôt fait de l’engager. Deux ans pendant lesquels il acquiert du métier. Il en veut toujours plus. Il avait rêvé des bateaux de croisière ; il s’offre l’aventure en s’engageant pour un an sur le Navigator of the Seas, un des prestigieux paquebots de la Royal Caribbean International. Au retour, le voilà qui devient responsable du bar du Sofitel Imperial. Mais il veut toujours apprendre, côtoyer les meilleurs. Ainsi quand il a la chance de se retrouver dans l’équipe de l’hôtel Le Prince Maurice, il n’hésite pas et accepte cette fonction de barman, une intégration qui le met à un niveau inférieur.

Singulier cocktail: de la chimie à la mixologie

Singulier cocktail: de la chimie à la mixologie

La consécration

David Boodhoo aura de quoi se réjouir de cette modestie. Car, c’est bien au bar du Prince Maurice que prennent place deux juges du concours Leading Hotels of the World qui font un audit incognito de l’établissement. Et les deux femmes ne tarissent pas d’éloges sur le jeune barman. Christophe Plantier, le directeur de l’établissement, est homme à reconnaître le mérite et le voilà qui promeut aussitôt le jeune homme.

En 2015, des ambassadeurs de Diageo inscrivent David Boodhoo à son premier Diageo Reserve World Class Competition. Un passage remarquable et il est à ce point remarqué que lorsque Javed Vayid s’adresse à Diageo pour identifier un candidat pour son bar, c’est bien lui que les ambassadeurs recommandent. Depuis, il se lance dans les créations avec son équipe qui se retrouve avec une fiche technique où on enchaine les cocktails fashion, les cocktails à base de whisky ou à la bière. Et alors que David Boodhoo s’intéressait à la chimie, son sens du contact humain l’a mené derrière un bar… pour réussir d’intéressantes alchimies.

*Pour rappel, The Irish n’est pas partisan de la conduite en état d’ivresse. Dans ce contexte, votre pub a initié le Irish Bus, un service de car qui vous évite de prendre le volant et vous permet de rentrer chez vous en toute quiétude, pour vous-même, pour vos proches et les autres usagers de la route.

© Neologik, 2016

Leave a Comment