Saint Patrick : le Craic mauricien

Le ‘Craic’ de l’Irlandais est un de ces termes difficilement traduisible comme le Mauricien en a tout plein en créole. Imaginez que l’on traduise « Séryé-net ! » par « Très sérieux » et tous les Mauriciens qui sont sur Facebook, à Maurice comme à l’étranger, rentreraient dans une discussion animée pendant une semaine au moins ! Non mais, sérieux ! 

Bref, le ‘Craic’ c’est l’équivalent de ce Séryé-net mauricien. C’est le ‘fun’ pour certains quand ils se retrouvent entre copains avec une pinte de bière à la main ou avec un verre de whiskey irlandais ; pour d’autres, cela équivaut à un sentiment de bien-être que l’on ressent quand enfin on se relâche et que la musique apaise et éloigne les soucis du quotidien.

A l’occasion de la Saint Patrick, au lieu d’une traduction d’une langue à une autre, derrière son bar David Boodhoo a tenté des formules pour délier les langues ; afin qu’elles conjuguent la culture des Irlandais avec le sens de la fête des Mauriciens. Quand le caractère bien trempé du Jameson épouse les saveurs créoles…

The Jameson Old Fashion

Imaginer le whiskey Jameson avec du sirop de gingembre fait maison et de l’amer d’orange : un mélange improbable a priori. On aurait tendance à penser à un médicament contre une infection quelconque. Mais n’oubliez-pas que les druides celtiques ont pour vocation d’élaborer des concoctions aux multiples vertus médicinales. Et c’est dans cette riche tradition que puise David Boodhoo pour faire un cocktail surprenant certes, mais certainement pas inattendu. En effet, il a eu recours à une liqueur de fleurs de sureau. Il s’agit de fleurs blanches de couleur légèrement crème, qui se rassemblent sur une grappe en forme de corymbe dite ‘’pomme d’arrosoir’’.

Jameson Old Fashion

Le sureau sert à aromatiser. Grâce à cet arôme qui s’y dégage, on utilise aussi les fleurs de sureau séchées en cuisine pour la confection de pains, gelées et condiments, etc. Les fleurs sont également utilisées pour fabriquer le champagne de sureau et les fruits macérés dans l’alcool peuvent être distillés pour produire de l’eau-de-vie.

Le sureau est une plante nitrophile, sa présence indique donc un sol riche en azote. Avec son nom latin sabucus ou sambucus, on a vite fait la relation avec la sambuca, une liqueur à base d’anis qui est, on l’aura deviné, aromatisé avec du sureau. En outre, dans certaines campagnes, la tige du sureau sert à faire de petites flutes qui, avec la harpe, sont des symboles du ‘Craic’ irlandais. Vous suivez le raisonnement ? Ce cocktail n’est pas une boisson qui porte à la tête, mais elle plonge plutôt votre esprit dans l’imaginaire irlandais.

The Shamrock

Le choc des cultures relève de l’audace. Ceux qui sont en panne de vocabulaire vous diront : « Ca passe ou ça casse ! ». Ici, ça passe, et avec une aisance déconcertante. Dans The Shamrock, on trouve du Cherry brandy. C’est essentiellement une liqueur élaborée à partir de cerises macérées dans de l’eau-de-vie. L’autre élément fort de ce cocktail est l’absinthe : un ensemble de spiritueux à base de plantes d’absinthe, également appelé « la fée verte ». Pythagore et Hippocrate (460-377 av. J.-C.) parlaient déjà des vertus thérapeutiques de l’alcool d’absinthe, de son effet aphrodisiaque et de sa stimulation de la création.

The Shamrock

David Boodhoo apporte la touche tropicale à ces deux éléments de base en y ajoutant du jus d’ananas et du sirop d’hibiscus. Voilà donc un cocktail qui nous précipite vers des temps immémoriaux et qui ramène la culture d’autres contrées sous nos latitudes.

The Chocolate Leprechaun

Avec ce cocktail toujours à base de Jameson, David Boodhoo nous plonge à fond dans les mythes et le folklore irlandais. Avec la crème de cacao et l’amer de chocolat, nous voilà au cœur du chaudron noir d’Afrique. Un chaudron rempli d’or. Puis le Tonka vient symboliser le voyage transatlantique qui fait découvrir de nouvelles côtes où pousse notamment la noix de Tonka. C’est le temps des fortunes diverses, le temps des misères, certainement au début, puis des fortunes plus heureuses avec une prospérité qui permettra l’achat de liqueurs plus raffinées pour altérer le whiskey râpeux des origines. La plus célèbre viendra des côtes françaises, le symbole même du raffinement : le Cointreau.

Chocolate Leprechaun

Avec The Chocolate Leprechaun, David Boodhoo fait surgir la créature la plus célèbre parmi les personnages folkloriques de l’Irlande : le Leprechaun. Personnage né des légendes irlandaises, le Leprechaun fait partie des icônes du folklore irlandais, que l’on retrouve essentiellement à l’occasion de la Saint Patrick. Nombreuses sont les légendes et histoires qui concernent ce petit bonhomme malicieux qui cache jalousement son chaudron d’or…

De petite taille, trapu, vêtu de vert et d’un tablier de cordonnier (« leigh bhrogan » en gaélique irlandais), le Leprechaun est d’un caractère assez bougon, qui abuse souvent du ‘dudeens’ (une liqueur de leur fabrication) et de sa pipe. En plus de cordonnier, il serait aussi le gardien de chaudrons pleins de pièces d’or car il est en quelque sorte le banquier du petit monde. Il se veut donc méfiant envers les humains qu’il sait cupides et imbéciles, car il craint pour ses trésors. Il tient à sa disposition dans deux bourses de cuir, une pièce de 1 shilling et une pièce d’or pour les pots de vin. Si vous l’attrapez, ne vous fiez pas à ses promesses de fortune car c’est ainsi qu’il vous file entre les doigts… La légende veut que vous ne le quittiez pas des yeux car, une fortune peut disparaître en un clin d’œil !

The Pink Irish Sour

Ce cocktail est une affirmation identitaire. Osé comme toujours car, il vient dire à quel point le vivre-ensemble est aussi cher aux Irlandais qu’aux Mauriciens et que c’est un fondement identitaire commun pour nos deux peuples. De même qu’à Maurice, en Irlande, les habitants adoptent sans aucun problème les Irlandais “de cœur”. Vous êtes un étranger ? N’hésitez pas à vous joindre à sa fête : le Mauricien n’en sera que plus fier. L’esprit irlandais c’est tout à fait cela aussi.

Pink Irish

Pas étonnant qu’il en soit de même chez The Irish : à votre première visite, vous êtes un ‘Guest’, un invité, et dès votre prochain passage, on vous considère comme un Régulier. Même si vous n’êtes pas accompagné, on ne vous laissera pas esseulé comme si vous aviez atterri sur la mauvaise planète. Nos serveurs auront vite fait de vous remarquer et en moins de deux vous aurez le sentiment d’avoir toujours fait partie de la maison. C’est cela la culture créole, le caractère îlien que nous partageons en commun avec l’Irlande.

Dans le jargon culinaire, «créole» désigne généralement des arômes exotiques, floraux, fruités et épicés. L’amer créole peut être utilisé avec la plupart des spiritueux ; il possède un mélange équilibré d’anis, de fenouil, de cardamome, de cumin et plus encore. Ces extraits mélangés créent une essence très intéressante à 39%/vol. Cet amer créole vient rejoindre le whiskey Jameson enrichi d’une purée de fraises, du de citron et d’un sirop de violette. A ce niveau, nous sommes dans le mélange savant.

Notez bien: Les amateurs de bière ne seront pas en reste pour cette fête de la Saint Patrick. Il y a une tradition qui vient des Irlandais des Etats-Unis, en particulier ceux de Chicago, qui n’ont pas hésité à célébrer la Saint Patrick en teintant la Chicago River d’un vert éclatant ! Et depuis, toutes les bières sont vertes à cette occasion. Et The Irish ne fera pas exception, vous pourrez y commander de la bière verte.

Bière verte

© Neologik Ltd. – 2017

Leave a Comment