The Irish, An 2 : à Goethe et aux Grecs, buvons !

C’est sympa les anniversaires. Et pour des fêtards, comme les Réguliers de The Irish, c’est encore une occasion de faire la fête. Mais d’où nous viennent ces traditions d’une fête ou d’un gâteau d’anniversaire ? Ce blog de The Irish permet toujours de faire le point sur ces questions. Comme quoi, picoler ça ne rend pas bête… pour peu que l’on se cultive chez The Irish. Bon anniversaire !

GoetheJohann300px

Wolfgang Johann Goethe

Qui n’a pas entonné « Happy Birthday to you! », ce refrain charmant reconnaissable entre tous même entonné dans différentes langues ? Cet air fort sympathique, et que la mémoire ne semble avoir aucun mal à mémoriser, a été composé en 1893 par deux institutrices de maternelle américaines, Mildred J. Hill et Patty Smith Hill. Les deux sœurs accueillaient les enfants tous les matins en se servant de cette mélodie à laquelle elles avaient adapté des paroles de bienvenue.

Le texte spécifique sur le thème de l’anniversaire aurait été composé et adapté à cette musique en 1924. Les soldats américains ont dû pas mal l’entonner alors depuis leur débarquement sur les plages de Normandie pour libérer la France et tout leur temps en Europe durant la Deuxième Guerre. On n’est ainsi guère étonné d’une version française de cette chanson qui est passé chez les francophones de Belgique et de Suisse. Mais plus qu’une armée, on peut avancer que la personne qui a le plus contribué à la grande diffusion de cette chanson est… Marilyn Monroe ! C’est elle qui, dans une robe tellement juste-au-corps qu’il a fallu la coudre sur elle directement, a chanté le plus fameux Joyeux anniversaire, en le susurrant en public au président Kennedy !

La coutume de célébrer les anniversaires n’était pas bien vue jusqu’à la Renaissance dans l’Europe soumise aux ordres moraux édictés par le Vatican. Pour se démarquer des origines païennes de cette célébration, le Saint-Siège préconisait que l’on célèbre le Saint-Patron qui valait son nom à l’individu et non pas l’individu lui-même. C’est ainsi que dans de nombreux pays, on continue, encore de nos jours, de présenter des vœux aux personnes le jour de la commémoration des saints dont ils portent le nom.

Paradoxalement, l’orientation chrétienne reprenait des traditions de la Grèce antique qui avaient même été adoptées par les Romains par la suite. Or, les Grecs croyaient qu’à chaque humain s’attachait un esprit protecteur (ou « daimôn » – le nom fera certainement sourire) qui assistait à sa naissance et veillait sur lui durant sa vie. Cet esprit était en relation mystique avec le dieu dont l’anniversaire correspondait au jour de naissance de l’individu. Les Romains aussi souscrivaient à cette idée. On devine bien à quel point cette croyance a fait son chemin puisqu’on la retrouve non seulement dans les notions de la marraine-fée, mais aussi dans celles d’ange gardien et de saint patron !

Mais, la laïcité était peut-être un concept compris et intégré bien avant la lettre et, c’est ainsi que l’Occident renoua peu à peu et de manière irréversible à ces us et coutumes brimés par la théocratie vaticane. On attribue ainsi la paternité du gâteau d’anniversaire à Goethe, l’écrivain et philosophe allemand (1749-1832), qui en présenta un à ses convives surmonté d’autant de bougies que son âge à l’occasion de ses 53 ans !

On peut ainsi considérer que Goethe comme « l’inventeur » du gâteau d’anniversaire tel que nous le connaissons. Toutefois le grand poète, illustre membre de la société secrète « Les Illuminés de Bavière », avait lui-même étudié le grec ancien. Il n’est donc guère étonnant qu’il ait emprunté de cette tradition consistant à allumer des bougies sur les gâteaux et qui a commencé avec les Grecs. Les cierges allumés et les feux sacrificiels ont toujours eu une signification mystique particulière depuis que l’homme a commencé à dresser des autels à ses dieux. Des gâteaux de miel, ronds comme la lune et éclairés par des cierges, étaient déposés sur les autels du temple de Diane.

Ainsi, la croyance populaire a fini par attribuer aux bougies d’anniversaire le pouvoir magique d’exaucer les souhaits. Les souhaits d’anniversaire et les vœux de bonheur font partie intégrante de la fête. Les bougies seraient donc un hommage à l’enfant qui fête son anniversaire; elles lui font honneur et lui portent chance.

Nos meilleurs vœux donc à The Irish !

Leave a Comment