Hans Nayna, l’homme qui laisse chanter son âme

Hans Nayna est un chanteur bouleversant. Dès qu’il se met à chanter, il pénètre dans un monde qui le fascine et qui n’existe que par la magie de sa voix. Et on est transporté par cet homme qui se livre sans pudeur à cette introspection vocale et explore les émotions qui l’animent en son for intérieur. Ce vendredi sera la première fois qu’il foulera la scène de The Irish. A cette première s’ajoute celle de la première levée de fonds pour la Junior Chamber International (JCI) en faveur des enfants nécessiteux. C’est dire que l’événement est de taille ce vendredi.

Hans Nayna - The Irish

Depuis la sortie de son single ‘Mo lam’, Hans Nayna s’est imposé comme une référence des ‘Blues Balads’ et sa réputation a dépassé les frontières mauriciennes. C’est qu’il ne s’est pas contenté du succès de ce single. Son retour à la chanson et à la scène est comme une revanche sur ce moment où, à la faveur des enfumages du succès auquel il n’était pas préparé, il basculait dans le piège des jeux interdits.

Alors, il se remit au travail et entreprit de décliner le thème de l’âme. Une entreprise mystique et musicale pour décliner cette essence qui fait vibrer les êtres, et le sien en particulier. Un an après le single ‘Mo lam’, il lançait l’album ‘Music for the Soul’, avec un jeu rythmique et une mélodicité sortant du cadre monotone des genres imposés.

Dans sa déclinaison, Hans Nayna montrait ses aptitudes à aller vers la soul et ces ballades qui parlent autant des bleus à l’âme que des espoirs que cet état engendre. Pour la promotion de cet album, le jeune chanteur a entrepris de longues tournées, qui l’ont mené dans les quatre coins de l’île, à la Réunion et de là dans divers coins du globe. C’est ainsi que le chroniqueur Cary Darling, du journal texan Star Telegram, arrivait à la conclusion que : « There’s absolutely no reason why he shouldn’t be able to find au audience on this side of the planet ».

Hans Nayna n’est pas qu’un auteur-compositeur-interprète dans sa seule langue maternelle. Il travaille aussi en anglais et il effectue, par ailleurs, de nombreuses reprises. Sa playlist est d’une richesse inouïe : Paolo Nutini, George Ezra, Ben Harper, Sting, John Mayer, Dave Mathews, James Bay ou Leon Bridges. Des reprises avec son style distinctif, révélateur de sa propre personnalité, comme on peut le voir plus bas dans cette manière insolite de reprendre la chanson de Tracy Chapman, ‘Fast Car’.

Quand il y a un texte et une mélodie qui le cueille dans sa sensibilité profonde, il rend un hommage particulier à cette chanson en y mettant toute son âme. Et c’est sans doute pour cela que le public se déplace en force pour assister à chacun de ses spectacles. Et ce sera encore une fois le cas ce vendredi, la toute première fois avec le public de The Irish, réputé le plus connaisseur et aussi le plus chaleureux de l’île. Car, il est évident que c’est la musique et l’authenticité de certains artistes qui font pulser le coeur de ses Réguliers!

© Neologik Ltd. – 2017

 

Leave a Comment